» Collections » Les 5 continents » Océanie

Océanie

Cette collection comprend plus de 70 pièces qui datent du 20e siècle à aujourd’hui. La répartition géographique des masques océaniens est presque exclusivement concentrée en Mélanésie (Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Irlande, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie). Les autres régions préfèrent d’autres pratiques de transformation des corps, comme le tatouage et les scarifications, par exemple. Les collections du Musée couvrent entre autres la Nouvelle Irlande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu, Bora-Bora.

Les pratiques masquées interviennent dans une multitude de contextes comme des rituels d’initiation, d’exorcisme, mais aussi dans des fêtes agraires (etc). Cependant, à travers ces contextes multiples, le culte des ancêtres et le rapport au monde des morts restent centraux, tant au niveau symbolique que social.

Au niveau des matières utilisées, les masques mélanésiens privilégient les matières végétales comme le bois et les fibres végétales.

Certains masques sont sculptés, d’autres sont réalisés en vannerie. Ils peuvent être rehaussés de couleurs minérales ou végétales. Des ornements et des parures en plumes, coquillages, os et fleurs complètent le costume.

Les pratiques masquées mélanésiennes doivent se comprendre dans leur contexte social et culturel plus large. Contrairement à ce qui est observé ailleurs, par exemple en Asie, les pratiques masquées mélanésiennes ne sont pas narratives. Elles ne racontent pas une suite d’actions et se passent d’ailleurs généralement de mots. Le masque et le costume incarnent un esprit clanique, animal ou végétal, dont la seule présence est signifiante. Le message véhiculé ne peut se traduire verbalement. L’art mélanésien, profane ou sacré, est d’ailleurs plus largement considéré comme un véhicule de communication non verbale. Par essence multivoque, ce mode de communication permet plusieurs niveaux de lecture, selon qu’on appartient à telle classe d’âge, grade initiatique, groupe sexuel ou familial (etc.). Cette multiplicité d’interprétations fait la force de ces pratiques, qui s’adaptent aux transformations socio-économiques contemporaines.

Afrique

En savoir plus

Asie

En savoir plus

Amérique

En savoir plus

Océanie

En savoir plus

Europe

En savoir plus